audio

MIMOUNA SADIAMO SWIRI Extrait (Noir)

Mimoun est un chef africain, ancestral. C’était un homme saint d’esprit qui avait beaucoup de chance. Lorsqu’on appelle cet esprit, c’est pour être heureux, avoir de la chance.
* Sadiamo = jours heureux

——————

LA ILAAHA ILLALLAH SWIRI Extrait (Blanc)

Parle d’une personne très attachée aux saints, qui se deplace de ville en ville, pour chercher les marabouts et obtenir la baraka.
Dès qu’il a atteint un âge mâture, il cherche à decouvrir la baraka de chaque saint, chaque maître.
Lui il a la pâte. Il cherche le levain de plusieurs maitres, pour faire son pain.
* Sadati ouma churafa = les saints qui ont eu plusieurs maîtres


——————–
HAMOUDA SWIRI Extrait (Rouge)

Azouz apporte le miel et demande à Dieu d’établir un pont avec l’invisible monde d’hamouda
Le miel coule et nettoie, en évacuant les résidus qui se trouvent dans les coulisses de la personnalité.
Ainsi on peut se purifier, prendre une douche intérieure, pour être prêt à recevoir la baraka
Ensuite, Azouz s’adresse à Hamouda pour lui demander de venir soigner quelqu’un de l’assistance , puis de repartir.

|
|
——————
CHABAKO_SWIRI_extrait2

transe gnawa swiri

|

——————-
BABLALI SAMAOUI SWIRI Extrait (Bleu Ciel)

Ancetre des gnawa. Esclave noir affanchi par Mahomet. Excellent musicien, Bablali devient le premier Muezzin de l’islam.
Il est le lien entre traditions africaines et traditions soufis.
Au travers de l’histoire de Bablali, Azouz cite le nom de villes africaines dans ce morcau, et evoque l’ancien empire africain de Tombouctou (Ouagadougou, Tombouctou, bamako, Abidjan…) et sa relation avec Essaouira qui etait le port de l’empire

——————-
NOUKCHA SWIRI Extrait

Azouz cite les ancêtres, d’anciens maalem gnawa , dont son père. Azouz parle d’une lignée dont il fait partie.